Il s’agit ici d’une définition du terme « austérité » lorsqu’il est appliqué aux finances publiques.

Strictement, l’austérité correspondrait à un changement notable et délibéré dans les politiques publiques, en dehors des éléments économiques conjoncturels, donc un effort discrétionnaire, visant un assainissement budgétaire ayant pour effet de rétablir progressivement l’équilibre budgétaire et de stabiliser la dette. Il faut toutefois retenir qu’il faut arriver à distinguer les variations dans les finances publiques pour exclure celles qui viennent de la conjoncture économique.

Une politique d’austérité peut venir autant de gestes de réduction des dépenses que d’augmentation d’impôts et de taxes. De plus, il faut comprendre que ni une hausse de recettes pour financer une nouvelle dépense ni une dépense éliminée accompagnée d’une baisse d’impôts ne devraient être associées a priori à de l’austérité.

Puis, il faut aussi être capable de mesurer l’ampleur des gestes posés pour éviter de qualifier toutes révisions annuelles, même légères, d’austérité.

Source